D’une manière globale, les jeux d’argent ont une excellente réputation en France, qu’il s’agisse de loterie ou de jeux de cercle. Mais depuis quelques années, cet univers resté l’apanage de quelques grands groupes est troublé par la prolifération des casinos en ligne. La grande popularité de ces dernières vient essentiellement de leurs taux de redistributions exceptionnels pouvant aller parfois jusqu’à 98 %. Avant de vous laisser tenter par l’appel des sirènes, il faut bien maitriser la législation en la matière.

L’offre des casinos en ligne

Dans les casinos en ligne, il est possible d’effectuer des dépôts pour jouer en argent réel et retirer vos gains. Aujourd’hui, les jeux proposés par les casinos en ligne sont très variés. D’une manière générale, on retrouve les traditionnels jeux d’agent tels que la roulette, le blackjack, le poker, les machines à sous, etc. Chacun de ces jeux est par ailleurs disponible en plusieurs variantes, ce qui décuple l’offre. Ensuite, vous retrouverez également dans les casinos en ligne des jeux moins connus, liés à un événement précis, un film ou des personnages de dessin animé. Enfin, il y a les paris de toutes sortes et les jeux de loterie.

La législation en la matière

En 2006, un rapport de la DREE signalait le monopole abusif de la France en matière de jeux d’argent. Suite à ce rapport, en 2007 un processus fut mis en place pour aboutir en 2010 à une loi pour la création de l’ARJEL, l’Autorité de Régulation des Jeux d’Argent en Ligne. À partir de ce moment, le monopole de la Française des jeux et du PMU cessait donc et plusieurs licences furent attribuées à différents opérateurs pour s’installer. Mais cette loi promulguée précisément en mai 2010 est restrictive dans la mesure où elle n’autorise que trois catégories de jeux de casino en ligne, à savoir :

  • Les paris sportifs (Décret n° 2010-483 du 12 mai 2010)
  • Les jeux de cercles, notamment les variantes du poker (LOI n° 2010-476 du 12 mai 2010)
  • Les paris hippiques (Arrêté du 18 novembre 2013)

En termes clairs, les jeux traditionnels de casino en ligne tels que le blackjack, la roulette, le vidéo poker ou encore le craps sont interdits. Enfin, il faut noter que cette interdiction vise essentiellement à protéger les joueurs les plus vulnérables.

Concrètement dans la pratique qu’en est-il ?

La conséquence directe de cette loi est l’interdiction aux français de jouer au casino en ligne, même sur des sites étrangers. En effet, suite à cette interdiction, plusieurs opérateurs français se sont expatriés pour continuer à proposer leurs jeux de casino en ligne. Le souci malheureusement c’est la galère pour les joueurs français qui essaient tout de même de jouer illégalement sur des sites basés à l’étranger. Il n’est pas rare qu’ils soient confrontés à des difficultés au moment de retrait de leurs gains. Étant dans l’illégalité, ces joueurs n’ont donc aucun moyen de recours.
En conclusion, les casinos en ligne sont illégaux en France, sauf les plateformes de jeu d’argent sous licence ARJEL. Le cas des casinos en belgique est différent, la situation n’est pour le moment pas régulé par l’état.